COMMMENT FAIRE SES SEMIS EN MULTICELLULES?

Dernière mise à jour : mars 26

En mars, c'est le début des semis! C'est quoi ça les semis? Au Québec, la saison est courte. Pour être capable de prendre de l'avance, pas le choix, on utilise la technique des semis intérieurs. Comme ça, dès que notre sol sera malléable, on pourra planter nos plantules, qui auront une nette longueur d'avance que si nous semions directement au champ.


Il doit y avoir autant de manières de faire des semis que de sorte de crème glacée molle chez Dairy Queen. Ici, on l'aime classique, une twist choco-vanille.

Dans cet article, on vous explique, de manière simplifiée, notre manière de faire des semis en multicellules. Essentiellement, la culture en multicellule signifie faire la culture de plantule en contenants individuels. Chaque semences auront leur propre cellule dans lesquelles elles germineront et effectueront leur début de croissance avant d’être repiquées soit au champ ou dans de plus grosses cellules.



LE CHOIX DES SEMENCES

La qualité de vos semences aura un impact direct sur la qualité de vos plants. En utilisant des semences plus ''cheap'', vous risquez d'avoir un faible taux de germination et de finir avec des plants tout aussi cheap.


Date d’expiration Les semences conventionnelles achetées en petit sachet ont une date d'expiration. Généralement, essayez d'utiliser votre paquet dans la même année que vous l'avez acheté. Après, elles seront encore bonnes, mais vous réduirez considérablement le taux de germination. Certaines variétés se conservent plus longtemps et sont moins capricieuses .

La conservation Il est important de placer vos semences dans un endroit sec et frais. Nous, on a un frigo dédié à entreposer nos semences et nos bulbes, donc une température au environ de 4 degrés celsius. Un Tupperware dans le tiroir à fromage fait bien aussi l'affaire!

Les semenciers J'ai inséré un lien super intéressant à la fin du paragraphe. Il vous donnera une liste exhaustive des semenciers québécois. Attention, présentement avec l'engouement pour le jardinage, plusieurs ont de longs délais de livraison. Nous procédons à la plupart de nos commandes de semences en décembre / janvier, mais nous n'avons pas hésité à réserver plutôt celles qui sont rapidement ''sold out'' ou nos variétés indispensables en s’assurant que c’est les semences de l’année et non de l’année dernière. Coup de cœur de notre région: Le jardin de Julie au Bic et La société des plantes au Kamouraska.


https://www.labrouette.ca/ressources/liste-semenciers-quebecois/


LE CHOIX DU SUBSTRAT DE CULTURE

L'idéal est de choisir un substrat de culture (le terreau) de qualité et adapté pour la germination. Ici, on utilise le Pro-Mix PG pour germination et semis, qui est aussi biologique. Vous pourrez en trouver en quincaillerie ou en pépinière et vous pouvez aussi voir du côté des marques Berger ou Lambert. À chacun sa préférence! Ce type de substrat contient un mélange de matières très aérées et les nutriments adéquats pour la germination des semences. Ces nutriments s'épuisent au bout d'un moment, c'est une des raisons pourquoi on repiquera la plupart de nos plants dans une nouvelle terre adaptée pour le repiquage. On fera un autre blogue pour le repiquage très bientôt.

On fait un mélange 3 pour 1 avec du compost de crevettes (3 terreaux pour 1 compost) pour s'assurer de donner tous les nutriments nécessaires à notre plantule pour la durée de son séjour dans sa cellule. Avant de remplir vos plateaux, humidifiez votre terreau. Cette étape est importante parce qu'elle permet au terreau d'absorber l'eau avant d'être en cellule alors celui-ci ne s'affaissera pas à votre premier arrosage. Lorsque vous le manipulez, celui-ci ne devrait pas dégoutter et il devrait rester friable au toucher.


Pour augmenter vos chances de réussite, ne jamais réutiliser un vieux substrat et fermez bien vos sacs de terreau pour éviter les contaminants.


LE CHOIX DES PLATEAUX DE CULTURES

Il existe plusieurs types de plateau multicellules. Ceux-ci sont souvent appelés par leur nombre de cellules.

Dimension

Exemple, les ‘plateaux 288’ comportent 288 cellules. Ils sont généralement d’une grandeur d’environ 10’’ ¾ par 21’’. Quant à la profondeur, celle-ci diffère selon les utilisations. Les cellules plus profondes permettent une meilleure aération du substrat. Le drainage de l’eau sera aussi facilité. Par contre, vous devrez utiliser plus de substrat pour les cellules plus profondes ce qui peut rapidement augmenter le coût de production.

La forme

Il y a aussi la forme des cellules carrés, octogonales ou avec des canaux. Ceux-ci influencent entre-autre la manière dont les racines s'enrouleront et le pourcentage de rétention d’eau. Les cellules carrés comparativement aux cellules rondes auront une rétention d’eau 33% supérieure.

La couleur

Finalement, la couleur aura une incidence sur la température du substrat. Exemple, le noir absorbera d’avantage la chaleur et le blanc réfléchira mieux la lumière.


Le choix revient principalement à la durée que la semence se trouvera dans la cellule et de l’espace disponible. Si vous prévoyez repiquer directement au jardin, vous opterez peut-être pour des plans plus robustes, donc vous utiliserez des cellules plus volumineuses comme les plateaux de 128 ou 72 cellules. Dans ce cas, le développement des racines sera favorisé.


Dans notre cas, on utilise majoritairement des plateaux noir de cellules carrés de 128 et 72 cellules semi-rigide de manière à pouvoir les réutiliser d’année en année. On repique directement dans notre jardin généralement. On repique certaines variétés, dans des plateaux de 18 soit des pots de 3’’ ½.

Pour les variétés que nous cultivons en plus grosse quantité, on utilise parfois des cellules de 288 pour faire une meilleure gestion de l’espace sous néons.


REMPLISSAGE DES CELLULES

Avant toute chose, assurez-vous que vos plateaux sont lavés et stérilisés avant de les utiliser. Frottez avec une bonne eau savonneuse suivie d'un petit trempage dans l'eau de javel diluée selon les indications sur votre bouteille (accepté en bio). Cela peut vous éviter énormément de problèmes de contamination par des agents pathogènes. Bien rincer et sécher avant l'utilisation.


Étape 1

Placez votre substrat humide dans vos multicellules sans trop le compacter. C'est important que votre mélange reste aéré et poreux. Imaginez une mini graine qui essaie de germer dans un sol compacté. Portez attention à bien remplir les cellules uniformément. Les côtés et les coins sont souvent négligés et ce sera un problème par la suite puisque ces cellules seront les premières à s'assécher.


Étape 2

On laisse doucement tomber le plateau sur notre table à semis de manière que le terreau se compacte légèrement dans nos cellules. Cela permet de corriger la quantité de terreau pour les cellules qui auraient été oubliées ou négligées. Ensuite, on répète l'étape 1.

L'uniformité c'est la clé! C'est bien important que le mélange soit au même niveau et pratiquement au rebord dans chaque cellule sinon la lumière et l'eau n'agiront pas uniformément. Si votre sol est trop compacté, vous risquez de favoriser les maladies liées aux racines comme le Pythium ou plus couramment reliées à la fonte des semis.


ÉTAPE SEMAGE!

Plantez les semences dans ce mélange selon les indications sur votre sachet de semences. Vous pouvez utiliser le bout d'un crayon ou d'une baguette pour faire des petits trous. Perso, j'utilise le bout de mes doigts parce que c'est plus simple. Généralement, on n'enterre jamais plus que 3 fois la grosseur de la graine. Pour les minuscules graines, je ne les enterre pas du tout. Assurez-vous, par contre, que la graine soit bien en contact avec le sol. Essayez de centrer les graines le plus possible dans votre cellule de manière à lui donner toutes les chances de déployer des racines.


Vérifiez votre température de germination, la profondeur et les autres conditions de germination. Par exemple, plusieurs semences ont besoin de noirceur pour germer. Si c'est le cas, simplement recouvrir d'un sac opaque et retirez dès que les graines sont germées. Ce sont de petits détails qui peuvent faire la différence entre votre réussite ou votre échec. Ils sont généralement inscrits sur votre paquet de semences quand elles sont de qualité.



Le nombre de graines par cellule va dépendre de votre taux de germination et de votre méthode de repiquage. Si le taux de germination est de moins de 70%, on sera porté à mettre au moins 2 graines par cellules.

Trucs pratique

Certaines semences ne sont pas plus grosses que le bout d'une épingle. Notre petit truc est d'utiliser l'enveloppe dans laquelle les graines se trouvent et de créer un sillon. Tapotez l'enveloppe doucement du bout des doigts jusqu'à ce qu'une graine tombe au centre de votre cellule. Patience et rigueur!


VERMICULITE

(Minéral sans odeur qui améliore l'aération du sol tout en retenant son humidité)

Ensuite, on saupoudre le dessus de notre terreau de vermiculite fine qui favorisera la rétention d'eau dans notre mélange. Même si la graine est minuscule, la vermiculite est tellement légère qu'elle ne nuira pas à votre semence. Des sacs de vermiculite sont en vente en pépinière et parfois en quincaillerie.


ARROSAGE

Finalement, procédez à l'arrosage final. Arrosez abondamment jusqu'à saturation et si vous avez la chance, laissez reposer quelques minutes pour que l'eau puisse bien s'incorporer au mélange et corrigez celui-ci pour vous assurer que l'eau soit répartie jusqu'au fond de la cellule. Remarquez le poids de votre multicellule avant et après arrosage. Cela permet de déterminer rapidement les besoins en arrosage.


Je vous conseille fortement d'acheter un petit brumisateur pour que vos semences ne se déplacent pas durant votre arrosage, surtout pour les petites semences. Sinon, un peu comme quand on mange une vague par la tête à la plage sans s'y attendre... en un rien de temps, on est propulsé pis on a le maillot plein de sable.



IDENTIFICATION DE VOS PLATEAUX

N'oubliez pas d'identifier vos plateaux! Le bordel peut pogner assez rapidement. Ici, on inscrit l'espèce et la variété au recto avec la date de semage. Au verso, on inscrit l'estimation des jours avant la germination. L'estimation est normalement écrite sur les sachets de semences, regardez pour ''temps de germination''. On prend aussi une photo des sachets qu'on sème. Avec l'application Google Photo, ça enregistre la date et ça nous permet de remplir notre calendrier de semis adéquatement quand on revient à la maison. On néglige souvent cette rigueur, mais c'est tellement important d'avoir des données pour les années à venir.


DERNIÈRE ÉTAPE

Maintenant, assurez-vous que votre terreau reste humide jusqu'à la germination. Certaines variétés apparaissent en 2 jours. D'autres, comme mes eucalyptus, ont pris plus de 10 jours avant de se pointer le bout du nez. Vous pouvez utiliser des dômes pour garder l'humidité et réduire l'impact de l'environnement avoisinant comme les courants d'air, par exemple. Ici, notre pièce dédiée aux semis est assez chaude et humide, donc on ne désire pas favoriser la moisissure avec un dôme. Si vous utilisez un dôme, ne laissez jamais des gouttelettes d’eau se former sur sa surface. Cela indique un taux d'humidité trop élevé et cela favorise les champignons et la fonte des semis.


Quand vos petits se pointeront le bout du nez, il est conseillé d'attendre qu'une mince couche du terreau au-dessus soit sèche avant de ré-arroser. Cela vous permettra de ne pas favoriser la moisissure et encouragera votre plantule à créer des racines pour aller puiser l'eau plus au fond de la multicellule. Attention, c'est un jeu dangereux. Le meilleur moyen est d'être vraiment à l'écoute des signaux de la plante. Si vous apercevez des feuilles flétries, rabougries ou une croissance ralentie, corrigez l'arrosage rapidement. Les cotylédons de votre plantule sont très fragiles et le succès et la vigueur de vos plants reposent sur ces premières fausses feuilles.


Je pensais couvrir l'éclairage dans cet article, mais j'ai exagéré mon nombre de mots! Je vous garde ça pour un prochain article! Chow chow :)